Rechercher dans ce blog

mercredi 11 juin 2014

Arrêt sur image

Arrêt sur image

Sur le mur FB de Clément Bénech, un texte de François Matton :

A l'intention des fortes têtes qui ignoreraient encore son principe pourtant simplissime, je rappelle que l'exercice de l'arrêt consiste à s'arrêter. Oui, s'arrêter, tout simplement. Autrement dit, cesser soudainement de faire quoi que ce soit. Voici un exemple : alors que vous êtes en train de manger des raviolis, vous cessez soudainement de manger des raviolis. Voici un autre exemple : alors que vous courez dans le métro, vous cessez soudainement de courir dans la métro. C'est aussi simple que ça. Action / cessation de l'action : voilà en quoi consiste l'arrêt. Car, aussi invraisemblable que ça puisse paraître pour qui n'a jamais pratiqué cet exercice, il est bel et bien possible à tout moment de s'arrêter de faire ce que l'on est en train de faire. Il suffit de s'interrompre, c'est-à-dire suspendre d'un coup tout mouvement, tout élan, tout affairement, toute projection. Juste s'immobiliser. Se figer. Bloquer le devenir. La seule difficulté est de ne pas penser aussitôt aux conséquences de cette interruption. Ne pas penser "mes raviolis vont refroidir", ne pas penser "je vais me retrouver à Saint-Anne". Non. S'en tenir à l'arrêt, tel un chien de chasse figé comme pour l'éternité, et que nulle anticipation ne vient contrarier.


© François Matton