Rechercher dans ce blog

lundi 15 décembre 2014

On ne devrait pas, mentir aux petites filles, on ne devrait pas...

On ne devrait pas mentir aux petites filles.
On ne devrait pas.

Tu as menti à tes enfants.
Jolis mensonges,
Pieux mensonges,
Mignons mensonges,
Toujours mensonges.

On ne devrait pas mentir aux petites filles.
On ne devrait pas.

On lui a dit : "Le Père Noël te regarde. Il voit tout ce que tu fais."
Elle a compris : "Où que tu ailles, quoi que tu fasses, tu n'es pas libre. Je te vois et je surveille, je sais tout ce que tu fais."

On lui a dit : "Le Bon Dieu te regarde. Il voit tout ce que tu fais."
Elle a compris : "Où que tu ailles, quoi que tu fasses, tu n'es pas libre. Je te vois et je te surveille, je sais tout ce que tu fais."

On lui a dit : "Ta maman qui t'aime, elle te regarde, te voit grandit grandir. Quand tu seras grande et que je serai vieille, tu t'occuperas de moi, dis-moi ? Hein ?, dis-moi ?, tu t'occuperas de moi ?, hein ?dis-moi ?"

Lâche-moi, Maman, avec tes mensonges, lâche-moi. 

Tu ne m'as pas faite pour que je m'occupe de toi. 
Tu m'as faite parce que tu as eu envie de baiser avec Papa.
Pas pour que j'apaise tes frayeurs de gamine traumatisée de guerre.

T'es trop lourde, Maman, je ne peux pas te porter. 
Non, je ne suis pas faible.
Je suis forte.
J'ai la force de t'éviter d'alourdir mon fardeau.
J'ai la force de me soigner.
J'ai la force que tu n'as pas eue.

Ne m'en veux pas, Maman, tu ne me vois pas.
Tu ne me vois pas souvent.
Je ne supporte pas ton regard.
Il m'empêche de vivre. Il m'empêche d'être.

Même encore maintenant.
Que je deviens, comme toi, une vieille dame.

Je n'ai pas supporté tes mensonges.
Je ne supporte pas.
Je ne porte pas.
Le monde.
Avec.
Ta croix.

Je vis, 
Je vis. 
Le plus loin de ton regard.

Ton regard me crève.
Ta surveillance me crève.
Je t'ai ôtée de ma tête.
Tu n'y es plus à chaque instant.

J'ai pris ma liberté il y a bien longtemps.

Sauf à Noël,
A chaque Noël.
Crevure de Noël.
Quand tu veux qu'on.
Quand tu veux, con.
Fasse semblant.
D'être une belle.
Famille unie.
Tous bien unis.

On ne devrait pas mentir aux petites filles.
On ne devrait pas.

On lui a dit : "N'accepte pas de bonbons d'inconnus. Aime ta famille. 
Elle a compris : "Si ton Tonton te montre ses bonbons, n'en dis rien a ta famille, et puis, de toutes façon, Le Petit Jésus le voit, avec son Petit Jésus à la main. Il le punira. Ne t'en occupe pas. Ne dis rien. Ça reste dans la famille. Ne dis rien. Pas même à ta Maman. Elle l'aime tant, son Petit Frère."

On lui a dit : "Ne sors pas. Ne joue pas avec les gosses des rues. Le danger est dehors."
Elle a compris : "Si ta Tantine est internée, ce n'est pas de sa faute, tu es grande maintenant. Tu es grande maintenant. Tu es grande maintenant. Tu es grande maintenant. Tu. Es. Grande. Maintenant."

On lui a dit : "Sois sage, sois une brave fille."
Elle a compris : "Si tu désobéis, tu seras maudite, privée de paradis, Maman ne t'aimera plus, laisse-toi faire, laisse faire, allez, vas-y crève, crève, la Gentille, crève. Vite fait. Bien fait.

On ne devrait pas mentir aux petites filles.
On ne devrait pas.

© Simone Rinzler | 15 décembre 2014 - Tous droits réservés