Rechercher dans ce blog

mercredi 23 mars 2016

8 #CPR Carnets de Petits Riens : Ce matin, mes Petits Bouts de Petits Riens ont mauvaise mine. J'ai dû les câliner toute la nuit. Ils étaient inquiets, turbulents, agités.

8 #CPR Carnets de Petits Riens : Ce matin, mes Petits Bouts de Petits Riens ont mauvaise mine. J'ai dû les câliner toute la nuit. Ils étaient inquiets, turbulents, agités.

Ce matin, mes Petits Bouts de Petits Riens ont mauvaise mine. J'ai dû les câliner toute la nuit. Ils étaient inquiets, turbulents, agités. Rien ne semblait les calmer.

Alors, je les ai pris par la main, un par un, et j'ai joué avec eux. On a dansé la capucine, planté des choux avec le nez, mais Rien n'y faisait. Au moment de se coucher, ils semblaient toujours inquiets.

Je les ai pris dans mes bras, un par un, puis tous ensemble et encore un par un, et puis encore tous ensemble. On a redansé la capucine. Youh ! Les P'tits Cailloux !

L'un d'entre eux a commencé à fléchir les genoux pour s'accroupir. On est partis à rire. Youh ! Youh ! Les P'tits Cailloux. On a dansé. On a ri. On a plié les genoux. Mes Petits Riens avaient repris le sourire.

Ouf ! C'est que ce n'est pas Rien, quand Tes Petits Riens sont songeurs. Il faut des Trésors D'Invention pour les égayer, les protéger, les rassurer.

Quand je les ai couchés, j'avais un Petit Rien Confiant, calme et prêt à dormir. Mais l'autre Petit Rien ne disait Rien. C'était étonnant. Ce Petit Rien-là est toujours le plus confiant. Je n'avais pas l'habitude de le voir comme cela.

Alors, comme ça, Mon Petit Rien, on a du chagrin ? Mais qu'est-ce que tu as, Mon Petit Rien ? Rien n'a changé, tu le vois Bien. Tout est à sa place. Je suis là, moi ! 

Là ! Là ! Là... Viens t'asseoir près de moi, on va faire un gros câlin.

Alors, j'ai pris mon Petit Rien et je l'ai serré très fort contre Mon Cœur. Je sentais son Petit Cœur de Petit Rien battre contre le mien. Il s'est calmé. Je lui ai parlé, tout doucement, lui ai tenu les mains.

Et quand il a eu l'air confiant, je lui ai dit que j'allais le coucher, parce que, moi aussi, j'étais très fatiguée. J'avais eu une Grosse Journée sans Petits Riens, et ça, ça ne me va pas bien.

J'ai eu du mal à m'endormir. Si mes Petits Riens commencent à se faire du souci, me voilà bien !

Je me suis tournée et retournée dans mon lit. Une journée Sans Petits Riens Mignons, voilà une semaine qui ne démarrait pas bien. Il allait falloir que je pense davantage à améliorer le confort de Mes Petits Riens, si je ne voulais pas qu'ils s'étiolent.

Je me suis relevé, ai pris mes plus beaux brins de rotin et j'ai essayé de leur tresser un Panier De Petits Riens. Mais en cinquante ans, j'avais perdu la main.

Alors, j'ai pris du Fil de Lune, et je leur ai tressé une Couronne D'Argent à chacun. J'ai retrouvé une vieux Tout Petit Panier D'Osier que m'avait offert, il y a longtemps, un ami de chorale qui revenait de très loin et chantait à la vie sans s'occuper de ce que pensaient les autres. J'avais oublié son prénom, mais pas son visage, ni sa douce amitié.

Ce Petit Panier D'Osier, c'était parfait pour ce qu'il me fallait. Une couche cotonneuse pour y bercer mes Petits Riens. Voilà qui était bien.

J'ai travaillé une bonne partie de la nuit à chercher comment tapisser Mon Petit Panier D'Osier. 

Je me suis endormie le cœur fâché de n'avoir pas trouvé.

Au matin, j'avais trouvé. J'allais le tapisser de rosée sèche d'amour et de parfums de paradis. 

Quand j'ai vu ce matin que Mes Petits Riens n'étaient pas bien, je les ai pris par la main, par le cou, un par un. Tout doucement, j'ai dirigé leur regard vers la Couche des Merveilles. 

Quand ils l'ont vue, leur visage de Petits Riens s'est éclairé. Ils se sont précipités vers le Cocon Précieux.

A l'heure qu'il est, ils y dorment encore, un sourire à leurs Lèvres de Petits Riens. Je crois même qu'ils ont retrouvé..., mais oui !, le rose aux joues.

Ah ! Mes amis ! Quelle nuit !

Mais maintenant, tout le monde va bien chez Mes Petits Riens

© Simone Rinzler | 23 mars 2016 - Tous droits réservés 

Les Petits Riens sommeillent et c'est bien, À L'Atelier de L'Espère-Luette