Rechercher dans ce blog

jeudi 1 octobre 2015

#1 Carnets de retraite : Ritratto di una donna retirada "L'inconsolable vide du monde sans travail..."

L'inconsolable vide du monde sans travail
Transperce là ton cœur d'un chagrin ineffable
Tu as le vague à l'âme, la chaleur te dégomme,
Délivre-toi, mon cœur.

Note technique : 
Trois alexandrins suivis d'un vers de six syllabes.
Inspiré par la lecture du chapitre POÉSIE-THÉRAPIE (39-48) et plus particulièrement page 46 de l'excellent livre de Régine DETAMBEL Les Livres prennent soin de nous - Pour une bibliothécaire créative - Essai, Actes Sud, 2015 dans lequel elle reprend le travail de Lucie GUILLET

© Simone Rinzler | 28 juin 2015 - Tous droits réservés