Rechercher dans ce blog

vendredi 8 avril 2016

19 #CPR Carnets de Petits Riens : J'étais en train d'arpenter le boulevard à la rencontre de Mon Petit RienTout Perdu quand je fus prise d'une attaque sourde. Une inquiétude commençait à me tarauder depuis la veille. Si Un Petit Rien peut se perdre, pourrais-je un jour perdre Tous Mes Petits Riens. Toi, tu souffres encore d'une belle angoisse de mort, me dis-je in petto. On se dit toujours des trucs in petto, tu as remarqué ?

19 #CPR Carnets de Petits Riens : J'étais en train d'arpenter le boulevard à la rencontre de Mon Petit Rien Tout Perdu quand je fus prise d'une attaque sourde. Une inquiétude commençait à me tarauder depuis la veille. Si Un Petit Rien peut se perdre, pourrais-je un jour perdre Tous Mes Petits Riens. Toi, tu souffres encore d'une belle angoisse de mort, me dis-je in petto. On se dit toujours des trucs in petto, tu as remarqué ?

J'étais en train d'arpenter le boulevard à la rencontre de Mon Petit Rien Tout Perdu quand je fus prise d'une attaque sourde. Une inquiétude commençait à me tarauder depuis la veille. Si Un Petit Rien peut se perdre, pourrais-je un jour perdre Tous Mes Petits Riens. 

« Toi, tu souffres encore d'une belle angoisse de mort ! », me dis-je in petto

On se dit toujours des trucs in petto, tu as remarqué ? Moi, cette histoire de pets de l'âme, brusques, intérieurs et sans appel, ça m'a toujours fait mourir de rire. Intérieurement, bien sûr ! Je sais bien que cela n'a pas de rapport avec quelque type de flatulence de l'intellect, mais quand même, c'est toujours comme cela que je l'ai vu. 

Enfin, peut-être pas aussi clairement qu'aujourd'hui, parce que je ne l'avais jamais écrit et je n'avais jamais eu, de ce fait, à m'y attarder pour préciser ce Petit Rien D'Humour Pata-Linguistique.

Pourtant, ces Petits Riens Du Langage, ces fausses interprétations, ces remotivations, comme je le disais en langage savant de la linguistique, nous les connaissons tous. Et nous les aimons ! Elles nous font mourir de rire. Intérieurement, quand on devient Une Grande Personne, Sérieuse Et Sage Et Adaptée, et elles nous font rire tout haut, avec les copines et les copains, dans des goûters, dans la rue ou dans la cour de récréation, quand on est Encore Tout Petit et que l'on s'étonne encore du langage.

Mon Petit Rien Linguistique m'avait détournée de Mon Angoisse De Mort De Mes Petits Riens. C'est bien à ça que cela sert, Tous Ces Petits Riens. À se rappeler qu'on est vivant pour encore longtemps et qu'il faut en profiter Avant La Grande Catastrophe Qui N'Existera Pas, car nous, pendant ce temps-là, nous seront Bien Trop Occupés Avec Nos Petits Riens pour nous lamenter. On sera occupés à les protéger, à les mettre à l'abri, avec nous, en attendant La Fin De L'Alerte Ou La Fin Du Grand Chambardement Et Le Retour À La Douceur D'Être.

Mais quoi de plus normal, que de craindre pour La Vie De Ses Petits Riens ! 

Ils sont vivants, tu sais ?

Et tout ce qui vit est appelé à mourir. Tu le sais bien, pourtant, Ma Grande ! 

Alors, tu es repartie, ragaillardie, à grandes enjambées sur le boulevard, sous la bourrasque citadine, à la rencontre de Ton Petit Rien Tout Perdu De la Veille Et De Son Papa Et Sa Maman. Tu avais le sourire intérieur aux joues. Tu sentais tes pommette remonter. Et tu savais que tout le reste allait suivre. Cela te faisait très certainement plisser le nez et pétiller des yeux sous tes paupières biologiques, 100% non trafiquées, larges et gonflées comme de vieux gants de toilette plein d'eau ! 

Quand tu rencontres Un Petit Rien, comme ça, inopinément, ça te fait toujours cela. 

Ça change ton visage de l'intérieur et ça se voit à l'extérieur. 

Sauf tes yeux, plissés à fond, qui deviennent invisibles, mais pétillent de l'intérieur, rien que pour toi. Tu es dans Ta Bulle De Bonheur, Tes Paillettes Sont Intérieures, tu te transformes à Boule À Paillettes Sur Pattes et tu rayonnes de plaisir. Ton dos se redresse. Ton souffle est régulier, aisé. Tu es bien.

- Ben, tu vois !

- Quoi !

- Ben, tu vois bien, quoi ?

- Bien sûr que je vois ! Je vois bien que je ne serai jamais à court de Petits Riens et que c'est bien. Il y en a tant. 

Profitons-en ! 
Profitons-en ! 
Avant qu'on invente un Ministère Des Droits Des Petits Riens. 

Ils sont libres. Ils sont bien. 
Nous sommes libres. Nous sommes bien. 
Ensemble. 
Pas besoin de réguler ce qui marche bien. 

Diable m'en garde et que Le Dieu me patafiole ! 

Foi De Moi ! 

Foi De Mère De Petits Riens !

- Dis donc ! Tu ne te prendrais pas un peu pour Dieu, là ?

- De Dieu des Petits Riens, tu veux dire ? Non, non, non et Que Nenni ! La Maman de ce qui s'appelle Le Dieu des Petits Riens, je te l'ai déjà dit, c'est la romancière indienne Arundhati Roy, enfin ! 

Moi, je suis La Maman Des Miens ! Et tu sais, ça m'occupe déjà à temps plein.

Tu le sais bien, enfin !

Je repris ma route, ou plutôt, car Rien ne m'avait arrêtée, je continuai par route sur le trottoir gris et brillant, le soleil dans le cœur, à la poursuite de La Rencontre Avec Mes Nouveaux Amis, de Nouveaux Petits Riens Et De Leurs Parents.

Et, comme qui tu sais dans un grand récit d'aventures plus ébouriffantes et proprement incroyables les unes que les autres, eh bien, je vis que cela était bien. 

© Simone Rinzler | 8 avril 2016 - Tous droits réservés 

Parfois, on a Des Petites Angoisses De Rien À L'Atelier De L'Espère-Luette