Rechercher dans ce blog

mardi 19 avril 2016

25 #CPR Carnets de Petits Riens : Tu ne devineras jamais ce qu'ont été jusqu'à ce moment Mes Petits Riens Du Jour. Il faut d'abord que je remonte à hier. Tu vas voir.

25 #CPR Carnets de Petits Riens : Tu ne devineras jamais ce qu'ont été jusqu'à ce moment Mes Petits Riens Du Jour. Il faut d'abord que je remonte à hier. Tu vas voir.

Tu ne devineras jamais ce qu'ont été jusqu'à ce moment Mes Petits Riens Du Jour. Il faut d'abord que je remonte à hier. Tu vas voir.

Alors, d'abord, hier a été Une Grande Journée. J'ai enfin pu me remettre le pied au pédalier. J'ai choisi une promenade très courte, pour ne pas avoir à le regretter trop longtemps. Plus d'un mois couchée et fatiguée, ça se fête comme Un Rien, mais Il Ne Faut Pas Trop Pousser. La griserie du plaisir de se remettre en selle, c'est la griserie du vent sur ton visage, de l'air qui fouette ton corps grâce à l'aide de la vitesse. 

Hors voiture, la vitesse est vent. 

Et tu sais comme j'aime Le Petit Vent. Comme j'essayais de pédaler lentement et très régulièrement pour ne pas épuiser Les Petite Forces Revenues, ce n'était qu'Un Assez Petit Vent. 

Bien sûr, comme la bicyclette est à assistance électrique pour que je puisse suivre le rythme des autres quand on pédale ensemble, il y a davantage de vent, et aussi l'obligation de maîtriser La Petite Technique Pour Ne Pas En Faire Trop, car cela paraît facile, mais ce n'est pas du tout un vélomoteur ! 

Il faut pédaler vraiment. 

Il n'y a pas de chiqué !

Tu pédales moins fort, mais tu pédales vraiment et si tu n'y prends pas garde, tu peux te fatiguer plus vite que tu ne le penses, car l'assistance aide, il n'y a pas à dire, mais c'est bien toi qui pédales, il ne peut pas en être autrement ! 

Et là, gare à la mauvaise surprise pour celui qui croit que le vélo fait tout :

Coucou, courbatures ! 
Coucou les genoux !

Bien-être au trou !
T'es mou du genou !

Donc, je pédalais doucement et régulièrement, surtout très régulièrement pour éviter les à-coups de l'assistance bienheureuse, je commençais à trouver que je peinais déjà un peu et que j'avais bien fait de partir seule pour une si petite promenade, et là, que sens-je ?, que vois-je ?

Un champ de colza à l'odeur entêtante, bien sûr !

Ah, Ce Petit Rien de la première véritable odeur de colza, si mielleuse et si forte que tu ne sais jamais si elle te plaît ou te dérange, L'Odeur Ambiguë Par Excellence

Tu allais t'apprêter à faire demi-tour, mais on ne recule pas devant Un Petit Rien Double qui te saute dessus : l'odeur du colza et le vent de ta vitesse acquise sur le visage. 

Alors, j'ai continué. J'en ai profité, profité, profité ! 
J'étais heureuse, j'étais bien. 

Je craignais bien un peu de la payer un peu le lendemain, cette douceur du bonheur, mais rien ne m'aurait fait m'arrêter tellement c'était bien.

Du coup, je n'allais tout de même pas m'arrêter là. 

J'allais continuer jusqu'à un endroit symbolique, Un Petit Coin Magique À Petits Riens Bucoliques, la ferme fortifiée d'à côté, un peu plus loin. 

Puis, une fois passée la ferme, j'ai longé le champ clos de barbelés, malgré l'absence des vaches normandes noires et blanches. J'ai poussé jusqu'à l'orée du petit bois vert sombre.

Je n'ai pas poussé plus loin. Je voulais y retourner le lendemain ou le surlendemain, selon la forme, l'occasion et surtout la disponibilité de ma monture assistée. 

Car on a beau dire, ils sont nombreux à me l'envier, mon vélo adoré. 

Ne crois surtout pas que c'est un truc d'infirme ! 

C'est un truc qui te permet d'aller plus loin, plus vite, de collectionner Davantage De Petits Riens En Une Seule Journée. 

Et pour cela, même les anciens détracteurs, après l'avoir essayé, sont les premiers à vouloir te le piquer !

Jour Après Jour !
Heure Après Heure !

La seule limite, c'est la tenue de la batterie, sinon, il serait en marche en permanence, Mon Bon Pégase À Batterie Rechargeable !

Tiens, à l'heure où je t'écris, il y en avait deux qui voulaient l'avoir, Ton Super Bazar !

Ils sont tous partis se promener. En attendant, je repose mes cuisses de vieille grenouille de vélo assisté pendant leur Grand Tour, en écrivant, fenêtre ouverte, semi-allongée dans le silence habité de la nature.

J'en ai profité pour faire mon jeu préféré ici. Pendant que tous les enfants, Petits et Grands étaient partis, j'ai fait mes quelques minutes de balançoire. Si tu savais comme j'adore m'envoyer en l'air sur Mon Vieux Siège De Bois Tout Râpé !

C'est que c'est un cadeau que je me suis fait à moi-même il y a des années. Je voulais qu'il y ait une grande balançoire dans mon jardin. Pour moi. Pour me faire plaisir. Sentir mon petit vent vivant. Aller de plus en plus haut. 

Si tu crois que c'est un truc de petite fille, c'est que cela fait bien trop longtemps que tu ne t'es pas remis le cul dessus. 

Je crois bien que je fais même bien attention à ne jamais grossir au point de ne plus pouvoir m'asseoir sur ma balançoire ! Même si je ne le fais pas exprès pour ça, à chaque fois que je remonte dessus, je m'émerveille ! 

Hé ! 

Je rentre encore entre les deux cordes de la balançoire sans me faire scier l'extérieur du postérieur ! 

Hé ! Hé ! Hé ! 

Une année, je n'avais plus pu. Il fallait faire quelque chose. J'avais une maladie chronique qui m'avait fait prendre du poids inconsidérément. 

Toujours la même, naturellement. 

C'est toujours La Faute Aux Hormones, Simone !, Anne Sylvestre l'avait bien compris !

Donc, là, tout à l'heure, tout le monde était parti et j'ai fait mes quelques minutes de balançoire endiablée ! 

Haut ! Fort ! 
Au Grand Vent ! 
Hisse et haut !

Mais non, ils n'étaient pas encore partis ! Je me souviens maintenant !

J'ai bien entendu Les Petits dire « Mamie va s'envoler ! ». Pour de vrai ! Ils n'en revenaient pas. J'étais sortie de mon fauteuil.

Oui, c'est vrai, je m'envole !

Je m'envolais même avant d'être Mamie, d'ailleurs !

J'aime m'envoler !

J'aime rouler !

J'aime la sensation du vent sur mon corps.

Petit Vent Ou Grand Vent,
Vive Le Vent !
Vive Le Vent Vivant !

Vive Les Petits Riens, Nez Au Vent !

En avant !

© Simone Rinzler | 19 avril 2016 - Tous droits réservés 

Je M'Envole Au Plein Air Du Vent Vivant, À L'Atelier de L'Espère-Luette